Loading...
CréationsProjets

If Any(body)

If Any(body) est une pièce sur le corps, ses tentatives de s’extraire d’un milieu et ses échecs -répétés.  Est-il possible d’échapper à un milieu donné ? Ou de la difficulté de s’en extraire…Quelles voies possibles pour ce(s) corps ? Celles du silence, du lâcher-prise, de la bienveillance, de la violence, de l’absurdité? L’individu seul, à la fois écrasé par la puissance de la nature et le nombre des individus, est en lutte, essaie de résister. Il oscille entre acceptation, abattement, lutte, jeu, résignation. Entre difficulté, colère, épuisement, dureté. Entre lutte et chute. Tiraillé entre petitesse et grandeur, « condamné » à l’enfermement dans son propre son corps, il tente d’en sortir et explore ses propres possibilités pour s’élever, sans l’aide d’une divinité extérieure. Il doit au contraire résister à (ou accepter)  la force de l’univers, du cosmos grandiose, de la nature ineffable.

Dans cette pièce, la contrebasse fait résonner la grandeur et l’inaccessibilité de la nature, et le corps du danseur se fait écho de la petitesse et de la résistance de l’homme, cause de sa peur, de son angoisse liée à sa finitude. Comment sortir ou échapper à la condition humaine, si ce n’est par l’acceptation de cette condition. Les corps du musicien et du danseur s’entremêlent et se confondent, jusqu’à la confusion. Le danseur explore les possibilités de grandeur, de tentatives, d’échecs, de puissance, de douceur. Le contrebassiste visite les possibles de la supériorité et de l’humilité, de la sérénité, de la gravité et du chaos. Tantôt socle, cage, escorte, souverain, il est corps sonore. Sur ses cordes glissent le tumulte de la nature souveraine et des tentatives (timides ou brutales) de l’homme à exister en lui. La danseuse cherche, essaie et échoue. Recherche parfois absurde, farouche ou violente. Les personnages tentent de transcender la petitesse de l’homme et ses échecs fréquents et naviguent du jeu à la confusion, de l’enfermement insupportable à l’acceptation apaisante, de la petitesse à la grandeur, de la grandeur à la petitesse, de la lutte acharnée à la chute inévitable.

If Any(body) » est une pièce ponctuée, balisée de mots et de textes. Un tourbillon de voix, de langues s’affrontent, s’entassent ou se faufilent et nous parlent de la difficulté de se faire entendre, d’exister à la fois dans l’immensité et dans la masse humaine.

La polyphonie linguistique témoigne du brouhaha quotidien, des rapports sourds entre les individus, où l’écoute mutuelle est d’ordinaire fragile. Isolé dans cette nature-culture dictatoriale, l’homme (individu mortel) cherche des chemins. Il cherche si des passages existent, s’entrouvrent. En quête de lieux où son individualité, où sa condition d’être humain importe / s’impose aussi en tant qu’entité grandiose, il explore le paradoxe de sa condition : entre insignifiance et grandeur. Ses paradoxes et échecs répétés mettent en exergue l’absurdité de l’existence et de la solitude de l’homme, condamné à son corps, à y être seul. Dans cette pièce, le sens et les sens circulent, se promènent, se muent, subsistent, se débattent ou stagnent.

Bande-son : Conférence sur rien, Silence, John Cage / Michel Foucault, L’Utopie du corps / Calderon, Calvino, Nieztsche, Rimbaud, Lewis Carroll, Gogol

« We’re progressively going nowhere and this is a pleasure » « Conférence sur rien », Silence, John Cage

DSC_6103DSC_6440DSC_6457DSC_5708

 

–  Mai 2014 , Ecole Saint-Léon, Festival des arts, ICAR

 – 10 AVRIL 2015, Festival Traverses, faculté de Lettres et Sciences Humaines, Amphi Déléage, à 20h30

– 11 AVRIL 2015, Théâtre de Mon Désert, à 20h30

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench