Loading...
CréationsPostsProjets

Two by Two

Two by Two

« Nothing is less like me than me » Samuel Beckett

La compagnie Temporal présente Two by Two, pièce musicale et dansée, qui s’inspire du mythe de Narcisse et Écho. Mythe qui traverse l’œuvre de Samuel Beckett, règne sur ses personnages, et à l’intérieur desquels deux danseuses et deux musiciens puisent leur matière gestuelle et sonore.

Narcisse, image sans parole, nous raconte l’individu angoissé qui plonge dans son image, et s’y noie. Symbole de la chute, et de la folie de l’ego, il se métamorphose en figure statique, idéalisante de l’image de soi- métaphore de l’individu devenu l’objet obsédant de lui-même.

Écho, double sonore de Narcisse, est la voix sans le corps, la métaphore de la logorrhée, mais aussi celle de la métamorphose. Punie pour ses bavardages, ses os se transforment en rocher et son corps disparaît. Elle n’est plus qu’une voix qui répète les mots des autres. Écho se mue en symbole de la régression, de la passivité, et devient figure de l’absence du corps, et de la sonorité. Narcisse lui, se trouve face à une aporie existentielle: il lui est impossible de devenir son propre objet d’amour. Il en mourra.

Le mythe nous rappelle que l’individu est un être complexe, à la dualité opaque et mystérieuse, qui atteste d’une coexistence intérieure, profondément énigmatique.

Deux danseuses, une violoniste et un contrebassiste naviguent entre ces deux figures de la dualité, dans les méandres du corps, de l’image et de l’acoustique.

Entre tentatives et échecs, inversions, cacophonie et silence. Les extrêmes se contredisent, se rejettent, mais aussi parfois cohabitent, et même se complètent. Ils se dédoublent, glissent, chuchotent, explosent, se saccadent, s’inversent, se réduisent, se rassemblent, et s’éclatent. Ils répètent et se répètent.

Two by Two joue avec les oxymores, passe de l’un au multiple, du minimum au maximum, de l’abondance à l’amoindrissement.

La pièce fluctue entre recherche d’unité et acceptation de la pluralité. Les personnages dialoguent, les uns avec les autres, ou seul. Ils passent du double à l’unicité, de l’un au multiple. En errant entre profusion et minimalisme, ils sillonnent la complexité de l’individualité.

 

« There is a long poem waiting to be written », Samuel Beckett

 

2by2 (1) 2by2 (22)

 

2by2 (23) 2by2 (25) 2by2 (26) 2by2 (31) 2by2 (33) 2by2 (37) 2by2 (39) 2by2 (40) 2by2 (42) 2by2 (46) 2by2 (55)

 

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench